English
 
 

Le gouvernement Alward élimine le Programme de préceptorat pour étudiantes et étudiants en médecine

La semaine dernière, le gouvernement Alward a avisé officiellement les médecins de la province qu’il a décidé d’annuler un programme conçu pour encourager les étudiants en médecine à demeurer au Nouveau-Brunswick à la fin de leurs études.

« Le budget récent, qui a également plafonné les services médicaux pour les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises, a précisé que le gouvernement provincial examinerait la question du recrutement et du maintien des médecins, a dit le Dr Robert Desjardins, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement Alward manque vraiment de vision en commençant par annuler un programme ciblant les tout nouveaux étudiants en médecine du Nouveau-Brunswick. Quel message cela envoie-t-il? »

« Je ne peux pas croire qu’ils mettent au rancart leur meilleur outil de recrutement des étudiants en médecine », a déclaré Philippe Tremblay, un étudiant en médecine du programme de l’Université Dalhousie à Saint John qui a participé au programme pendant deux étés. « Ce fut une occasion de réseautage tellement bonne qui nous a donné la chance de toucher à des domaines de la médecine que nous ne voyons pas dans le cadre des autres volets de notre formation. »

Ce programme versait aux étudiants en médecine de première et de deuxième année juste un peu plus que le salaire minimum afin qu’ils observent les médecins et d’autres fournisseurs de soins de santé dans une variété de milieux différents à divers endroits de la province au cours des mois d’été. Le programme avait pour but de permettre aux étudiants en médecine d’acquérir de l’expérience dans les régions rurales, dans l’espoir qu’ils choisissent d’y retourner une fois leurs études terminées. Au cours des dernières années, près d’une centaine d’étudiants en médecine ont participé au programme et ont pu se faire une idée des défis et des possibilités liés à la pratique au Nouveau-Brunswick.

« Nous appuyons les examens périodiques des programmes pour nous assurer qu’ils optimisent l’investissement, de préciser le Dr Desjardins. Mais nous n’appuyons pas le fait d’abandonner des douzaines d’étudiants en médecine désireux d’en apprendre davantage au sujet de la pratique au Nouveau-Brunswick cet été, et ce, un mois avant la fin de l’année scolaire. »

« Je n’ai pas de plan B pour cet été, a dit Jason Retallick, un étudiant de première année de Saint John. J’étais vraiment emballé de faire partie du programme pour apprendre plus au sujet des besoins des patients, pour établir de bons contacts en vue de ma pratique future et pour essayer de trouver quelle spécialité choisir. »

« L’autre jour, le ministre a dit que je pouvais aller pratiquer en Grèce ou à Chypres si je le voulais. Pourquoi donc investir des millions dans les écoles de médecine de la région sans se soucier de garder les étudiants en médecine ici? » a dit M Retallick.

Selon son bulletin, le gouvernement provincial passera les prochains mois à élaborer une stratégie exhaustive de mobilisation et de recrutement des médecins. « Je ne comprends pas très bien pourquoi le gouvernement estime que le fait de payer le salaire minimum aux étudiants en médecine afin qu’ils acquièrent de l’expérience en médecine ici même au Nouveau-Brunswick n’est pas une utilisation judicieuse de l’argent des contribuables, d’ajouter le Dr Desjardins. Combien d’argent le gouvernement devra-t-il dépenser pour payer des recruteurs du gouvernement afin de réparer ce gâchis? Probablement beaucoup plus que le salaire minimum. »

- 30 -

Contact pour les médias : Andrew MacLean, Société médicale du Nouveau-Brunswick : amaclean@nbms.nb.ca

Prière de communiquer avec Andrew MacLean pour connaître la disponibilité d’un porte-parole.