English
 

Les médecins offrent des solutions pour les soins de santé

La Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) est d’accord avec chroniqueur de Brunswick News, Norbert Cunningham, qui dit qu’il faut des réformes exhaustives des soins de santé pour améliorer l’accès aux soins [Need wide-ranging plan for health care overhaul, Times & Transcript, 2 avril 2019].

On peut comprendre la frustration de M. Cunningham. Les médecins – enfin tous les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises – éprouvent la même frustration.

Mais nous souhaitons corriger M. Cunningham concernant un point important, soit que la SMNB n’a offert aucune solution aux préoccupations concernant les temps d’attente à l’urgence.

La semaine dernière, lors d’entrevues avec des médias, j’ai énuméré quelques solutions possibles, notamment la sensibilisation des citoyens aux raisons pour lesquelles ils doivent ou ne doivent pas avoir recours aux services d’urgence, le recrutement d’un plus grand nombre de médecins et la révision des politiques concernant la manière dont les aînés et d’autres personnes accèdent aux services de santé de longue durée.

La SMNB préconise depuis longtemps l’amélioration du système de soins de santé et y a travaillé. En 2018, nous avons suggéré de s’attaquer à l’accès aux soins primaires en recrutant plus de médecins et en améliorant les normes des cliniques sans rendez-vous. Nous avons lancé Médecine familiale Nouveau-Brunswick en partenariat avec le gouvernement afin d’améliorer l’accès grâce aux soins en équipe et aux horaires variables des cliniques.

La SMNB gère le système provincial de DME, qui permet d’accéder plus rapidement aux données des patients. Le Nouveau-Brunswick doit faire une place à la technologie. La télémédecine, qui permet aux patients de consulter les médecins à distance, connaît un franc succès partout au Canada et serait extrêmement avantageuse ici.

Actuellement, nous travaillons avec le gouvernement pour éliminer le système de numéros de facturation des médecins. Nous croyons que ces changements amèneront un plus grand nombre de médecins à choisir le Nouveau-Brunswick, ce qui réduira le fardeau de nos services d’urgence et améliorera les temps d’attente.

Finalement, M. Cunningham a mentionné les cloisonnements en concurrence et a laissé entendre que la SMNB et d’autres organismes ralentissent le système. Bien que les médecins et d’autres parties intéressées collaborent à de nombreux enjeux, nous reconnaissons qu’il y a toujours place à l’amélioration.

Souvent, la concurrence engendre l’innovation. Je suis convaincu que grâce à la communication, à la collaboration et à l’innovation, nous pouvons améliorer le système de soins de santé au Nouveau-Brunswick.

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick,

Dr Serge Melanson, CCMF-MU