English
 
 

Les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises doivent travailler ensemble à améliorer la santé dans notre province

En ce qui concerne mon domaine de travail, je ne suis pas quelqu’un que vous voulez rencontrer. Et franchement, je ne veux pas vous rencontrer non plus.

Je m’appelle docteur Serge Melanson. Je suis un père, un mari et un urgentologue à L’Hôpital de Moncton. Je travaille à l’urgence depuis 15 ans. J’ai la triste tâche de voir les gens dans leurs pires moments, mais l’heureux privilège de les aider à relever leurs défis.

Je viens d’être nommé président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, qui représente et sert les médecins, en plus de défendre la santé des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises. Vous connaissez peut-être la campagne « Pour des soins de santé plus intelligents » que nous avons mise en œuvre durant la récente élection provinciale. Elle avait pour but d’encourager tous les partis politiques à trouver des moyens de réduire les temps d’attente à l’urgence, de mettre les médecins là où les patients en ont besoin et à pourvoir tous les postes de médecin vacants de la province.

En tant que président, je veux discuter de santé avec les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises — en tant qu’individus et en tant que province.

Le Nouveau-Brunswick a ses défis à relever en matière de santé : nos taux de maladie chronique et d’obésité sont supérieurs à la moyenne nationale.

En 2017, le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick a publié des données montrant que plus de 61 pour cent des Néo-Brunswickois sont aux prises avec au moins un problème de santé chronique. La même année, Statistique Canada a publié des estimations annuelles montrant que plus de 70 pour cent des adultes au Nouveau-Brunswick sont en surpoids ou obèses. Des spécialistes préviennent que nous pourrions bientôt avoir la première génération ayant une espérance de vie plus courte que celle de leurs parents.

En 2016, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a déclaré qu’environ un Néo-Brunswickois sur neuf âgé de 35 ans ou plus avait reçu le diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), une maladie chronique et progressive commune des poumons.

Ce ne sont là que quelques-uns des défis à relever. Nous devons commencer à parler des solutions.

J’invite chaque Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoise à discuter de la manière dont nous pouvons travailler ensemble pour relever ces défis. Je veux inciter les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises à prendre leur santé en charge aujourd’hui et plus tard.

La SMNB a lancé la campagne « Sommet en 10 », qui a pour but de faire du Nouveau-Brunswick une des trois provinces les plus en santé avant 10 ans. Est-ce un objectif ambitieux? Peut-être. Mais nous croyons que nous pouvons y arriver en travaillant ensemble. Nous rêvons d’une province qui aide ses résidants à avoir le meilleur état de santé possible.

Comment y parviendrons-nous? La SMNB voudrait voir une campagne provinciale pour combattre l’obésité, y compris des objectifs, des échéanciers et des rapports d’étape annuels; des mesures incitatives à l’intention des producteurs d’aliments qui rendraient les aliments sains plus abordables; l’indication des calories et de l’information nutritionnelle sur les menus des restaurants; et du financement pour les organismes qui encouragent l’activité physique.

Il existe de nombreuses manières d’améliorer notre santé, et je veux engager une réflexion à ce sujet.

Par conséquent, même si j’espère ne jamais vous voir dans mon « bureau » principal, j’espère vivement que nous pourrons établir des liens ailleurs au cours de la prochaine année afin de discuter de la manière d’améliorer notre santé — en tant qu’individus et en tant que province.

Veuillez vous joindre à cette conversation importante. Suivez la Société médicale du Nouveau-Brunswick sur Facebook à l’adresse NB Docs et sur Twitter @nb_docs. Vous me trouverez sur Twitter à l’adresse @dr_melanson.

Le Dr Serge Melanson, M.D., CCMF-MU, est urgentologue et président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick.