English
 

Pauvreté : un outil clinique

Pendant que le gouvernement provincial tient des consultations afin de créer le Plan du Nouveau-Brunswick pour les familles, et étant donné que 13,8 % des familles du Nouveau-Brunswick vivent dans la pauvreté, la Société médicale du Nouveau-Brunswick a créé un partenariat avec le Centre for Effective Practice afin de produire un guide destiné à aider les médecins à mieux identifier et aider les patients en difficulté. Le guide suit les traces d’autres guides similaires sur la pauvreté qui ont été couronnés de succès dans d’autres provinces et territoires. Le guide encourage les médecins à demander à leurs patients s’ils ont présenté leur déclaration de revenus afin de s’assurer d’être admissibles à des avantages sociaux plus sélectifs.

Soyons réalistes – personne n’aime préparer sa déclaration de revenus. Mais nous avons fait affaire avec de nombreux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises partageant une situation commune. Ils ont fait très peu d’argent l’an passé, voire aucun. Ils n’ont pas reçu de chèque de paie. Ils n’ont pas présenté de déclaration de revenus l’an passé ou l’année précédente et ils n’ont pas d’adresse courante indiquée sur un document financier récent. Pour obtenir de l’aide financière, les citoyens doivent remplir leur déclaration de revenus. Cela est censé pour de nombreuses raisons, mais représente un défi pour les personnes qui sont convaincues que remplir une déclaration de revenus est une perte de temps – ou pire, que le gouvernement va commencer à leur demander de payer de l’impôt. 

S’attaquer aux conséquences de la pauvreté et à ce que l’on appelle les déterminants sociaux de la santé – la sorte de maison qu’on habite, si l’on travaille ou non, la sorte de scolarisation qu’on a reçue, etc. – est une préoccupation que nous avons sur le bout de la langue en tant que membres engagés de la collectivité. S’attaquer à la pauvreté est également la raison d’être d’innombrables organismes sans but lucratif et représentants du gouvernement. Toutes ces personnes font leur possible pour que l’aiguille de la jauge de pauvreté bouge, mais que pouvons-nous faire aujourd’hui pour changer la situation? 

En tant que médecins, une des choses que nous remarquons est le nombre de plaintes concernant le manque de services pour les personnes qui en ont besoin. Nous sommes en partie d’accord, mais nous savons qu’il y a déjà dans la collectivité de nombreux services dotés d’une certaine capacité. Mais ces derniers ne sont efficaces que si les gens les connaissent.

À ce propos, nous devons continuer de plaider en faveur d’un registre des ressources communautaires qui couvre toute la province, mais qui est soutenu par la communauté locale. Le registre devrait être lié aux répertoires de ressources des autres provinces. De nombreuses provinces ont un service appelé 211, qui comprend les ressources nationales offertes à tous les Canadiens et Canadiennes, mais également les formes provinciales et locales d’aide. Le projet pilote http://www.211nb.ca/fr/ est amorcé; il s’agit d’une base de données provinciale de ressources en ligne. Une fois qu’il aura été mis en place partout dans la province, le service 211 sera accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept, 365 jours par année afin d’aider à diriger les citoyens et les organismes vers les ressources capables de les aider.

Pour les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises qui vivent dans la pauvreté, remplir leur déclaration de revenus pourrait s’agir de la première étape vers un meilleur avenir financier – et en tant que médecins, on peut l'affirmer, vers une meilleure santé également.

Poverty Tool French

 

Plus de renseignements :

Les médecins du Nouveau-Brunswick veulent combler le fossé entre la pauvreté et l’aide