English
 
 

Trouver un médecin de famille

Que dois-je faire pour trouver un médecin?

Si vous êtes comme les 50 000 autres Néo-Brunswickois sans médecin de famille, vous savez qu’il peut être difficile d’en trouver un qui accepte de nouveaux patients. Comme dans de nombreuses autres régions canadiennes, il n’y a tout simplement pas assez de médecins au Nouveau-Brunswick pour servir la population de patients.

La meilleure manière de se trouver un médecin consiste à faire inscrire son nom sur la liste gouvernementale des personnes sans médecin de famille. Il suffit de consigner votre information en ligne ou de téléphoner. La liste s’appelle Accès Patient NB, et les personnes en attente obtiendront un médecin selon le principe de premier arrivé, premier servi.

Accès Patient NB est un partenariat entre le ministère de la Santé, Service Nouveau-Brunswick, les régies régionales de la santé et les fournisseurs de soins de santé primaires (médecins de famille et infirmières praticiennes). Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site http://www.gnb.ca/0217/registry-f.asp ou appelez le numéro sans frais de Télé-Soins, le 8-1-1.

Pourquoi ai-je besoin d’un médecin de famille?

Le médecin de famille joue un rôle important dans notre système de soins de santé en tant que premier point de contact pour la plupart des patients. On estime que 80 p. 100 de ce qui se passe en soins de santé se passe dans ce que nous appelons le « contexte des soins primaires », donc habituellement un patient dans le cabinet de son médecin de famille.

En fait, des preuves considérables démontrent qu’il est nettement préférable que les patients aient un médecin de famille au lieu de compter sur des soins à court terme dans le cas de problèmes aigus. Les patients le comprennent par intuition. Il est toujours préférable d’avoir quelqu’un qui connaît les antécédents médicaux de sa famille au lieu de faire appel à une salle d’urgence pour des soins de base mais nécessaires.

Le médecin de famille évalue, diagnostique et traite les patients lui-même. De plus, il recommande les patients pour des tests, des interventions et des consultations auprès de spécialistes. 

Les patients comprennent les restrictions imposées aux médecins et, même si nous souhaiterions pouvoir améliorer l’accès, plus de 80 p. 100 des habitants du Nouveau-Brunswick sont satisfaits de leur médecin. Plus de trois quarts des patients estiment qu’ils ont assez de temps lors de leurs rendez-vous avec leur médecin pour discuter de leurs problèmes, de leurs préoccupations et de leurs craintes. Mais les médecins du Nouveau-Brunswick savent qu’il y a encore du travail à faire et que ces chiffres peuvent toujours s’améliorer.

Pourquoi est-ce si difficile de trouver un médecin au Nouveau-Brunswick?

Les soins de santé sont régis par la demande. Dans un monde de ressources fixes, cela signifie que, comme un plus grand nombre de personnes doivent voir un médecin, l’accès est réduit pour les autres. Un médecin dispose seulement d’un nombre d’heures limité dans une journée.

En fait, le Nouveau-Brunswick doit relever plusieurs défis liés au maintien d’un bon accès aux soins.

Prévalence de la maladie

Le N.-B. est la province canadienne comptant le plus de malades. Soixante pour cent des Néo-Brunswickois ont au moins une maladie chronique, et 13 p. 100 d’entre eux prennent six médicaments ou plus. De plus, nous avons les deuxièmes taux d’invalidité les plus élevés. Par ailleurs, notre taux de diabète et notre taux de cancer sont les troisièmes plus élevés au Canada (ASPC 2011). Et les personnes malades consultent le médecin plus souvent.

Utilisateurs fréquents

Le Nouveau-Brunswick compte le plus grand nombre d’aînés du pays. Nous savons que les visites des aînés chez le médecin prennent plus de temps et sont plus fréquentes. En général, plus les aînés sont nombreux dans une région, pire est l’accès aux médecins. Les soins aux aînés exigent cinq fois plus de ressources que les soins aux personnes plus jeunes.

Choix médiocre en matière de mode de vie

Notre population est la deuxième plus lourde au Canada : près de la moitié des Néo-Brunswickois sont en surpoids ou obèses. La moitié de nous seulement croient être en très bonne santé ou en excellente santé, et la moitié seulement des Néo-Brunswickois croient que notre santé dépend de notre manière de prendre soin de nous-mêmes, ce qui correspond au deuxième pire taux au Canada. Les choix médiocres entraînent un risque accru de nombreuses maladies chroniques qui nécessitent une prise en charge avec l’aide d’un médecin.

Nombre de patients par médecin

En moyenne, les médecins au N.-B. soignent un plus grand nombre de patients que n’importe où ailleurs au Canada. Les médecins du Nouveau-Brunswick comptent parmi ceux qui ont le plus grand nombre de patients au pays. La moitié des médecins de famille de la province ont plus de 1800 patients, comparativement à la médiane canadienne de 1400. Chez nos voisins québécois, le nombre moyen de patients par médecin est de près de la moitié de ce qu’il est ici (1000). Les médecins finissent par accepter plus de patients qu’ils ne le voudraient, en raison de la pénurie continue de médecins.

Cela crée un autre problème : l’obtention d’un rendez-vous chez son médecin pourrait exiger plus de temps, car les patients son nombreux. Même si plus de 90 p. 100 des Néo-Brunswickois déclarent qu’ils ont un accès régulier à un médecin, le Nouveau- Brunswick se classe septième parmi les 10 provinces canadiennes au chapitre du nombre de médecins. Cela signifie que chaque médecin au Nouveau-Brunswick voit un plus grand nombre de patients que les autres médecins au Canada. En fait, nous avons un des ratios les plus bas au chapitre du nombre d’habitants et de médecins depuis 1979.

La bureaucratie et les soins de santé

Les médecins doivent prendre soin d’un si grand nombre de patients parce que nous sommes la seule province au Canada qui impose aux médecins un système restrictif à numéros de facturation. Cela signifie que le gouvernement dicte le nombre de médecins qui pratiqueront ici, où et comment. Les autres provinces avaient l’habitude de procéder ainsi, mais ont cessé il y a longtemps, car elles ont constaté que les médecins sont beaucoup plus rapides et meilleurs à choisir où pratiquer pour prendre soin des patients que les bureaucrates. Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne à utiliser ce système rigide.

Que font les médecins pour améliorer l’accès des patients aux soins de santé?

Sur la scène internationale, l’amélioration de l’accès aux soins de santé primaires a été réalisée par une variété de moyens. Même si la rémunération différente des fournisseurs est primordiale, des réformes tout aussi difficiles ont été axées sur trois les objectifs décrits ci-après.

Prodiguer des soins davantage en équipe

Les parents savent que chaque égratignure et chaque bosse n’ont pas besoin de l’attention d’un médecin. Mais la plupart des gens ignorent tout simplement combien de services peuvent être dispensés par les « professionnels de la santé connexes ». En fait, de nombreuses tâches complexes sont exécutées par des personnes qui ne sont pas médecins. Les médecins du Nouveau-Brunswick encouragent le travail d’équipe avec les infirmières praticiennes, les infirmiers/infirmières, les pharmaciens/pharmaciennes, les auxiliaires médicaux et plus encore. Mais nous sommes contre le chevauchement des services ou le fait de permettre à des fournisseurs non formés de soigner des maladies qui dépassent leurs compétences. En travaillant ensemble, les médecins et les autres travailleurs de la santé connexes peuvent utiliser au mieux les compétences de chaque personne.

De nombreuses autres provinces croient déjà à la valeur du travail d’équipe, et nous sommes activement engagés auprès du gouvernement pour que des équipes prodiguent des soins ici aussi. Pour les patients, cela signifie que s’ils ont besoin d’un vaccin contre la grippe, ils l’obtiendront probablement de l’infirmière qui travaille avec le médecin. S’ils ont besoin qu’on leur explique leurs médicaments, Le pharmacien peut travailler avec le médecin pour faire ce travail. Dans le cas de problèmes plus complexes, le patient consultera encore un médecin de famille. De cette manière, les patients peuvent obtenir « les bons soins, au bon moment et au bon endroit ». Les médecins du Nouveau-Brunswick sont une force motrice sous-jacente à la création de ces nouvelles équipes de fournisseurs de soins de santé.

Donner les bons outils aux médecins

Bien entendu, il est difficile de travailler en équipe lorsque vos fournisseurs de soins de santé ne comprennent pas chaque personne en tant que patient individuel ou vous demandent de répéter vos antécédents médicaux. Les médecins du Nouveau-Brunswick mènent activement la charge en matière de création d’un système de dossiers médicaux électroniques. Cela signifie que vos renseignements sur votre santé sont sûrs et sécuritaires, mais qu’ils peuvent être communiqués aux autres fournisseurs qui prennent soin de vous.

Il a été démontré que les dossiers médicaux électroniques améliorent la qualité des soins prodigués aux patients en aidant les fournisseurs à se souvenir des tests de dépistage et des programmes de soins, en documentant les ordonnances et les résultats de laboratoire et en aidant à faire le suivi de votre santé sur de longues périodes. Ces outils doivent également être intégrés avec l’information sur la santé se trouvant ailleurs que dans le cabinet du médecin, comme les résultats de votre visite à la salle d’urgence ou les ordonnances que vous venez de ramasser. Rendre toute cette information accessible aux médecins exige beaucoup de temps, de travail et de ressources. Les médecins du Nouveau-Brunswick travaillent avec le gouvernement et une entreprise dirigée par des médecins appelée Velante afin de fournir ces outils aux médecins qui les veulent.

Responsabilité du patient

Finalement, certains pays et régions ont fait de leur mieux pour éduquer les patients au sujet des endroits où accéder rapidement à des soins sécuritaires. L’Ontario a dépensé des millions de dollars pour encourager les patients à trouver la meilleure voie de soins pour leurs besoins particuliers et leur niveau d’urgence. Certaines provinces ont travaillé fort pour éloigner des salles d’urgence les patients qui ont besoin de soins primaires. Mais nos meilleures options sont doubles. Premièrement, les patients ont besoin d’un médecin de famille. Deuxièmement, ils doivent le plus possible faire des choix sains dans leur propre vie afin de s’assurer de vivre le plus sainement possible.

Personne ne choisit d’être malade, mais beaucoup d’entre nous font des choix malsains qui augmentent leur risque de maladie chronique chaque jour. Les médecins essaient de jouer un rôle plus actif en gardant les gens en santé et appuyant les patients qui essaient de vivre plus sainement. Comme le dit si bien l’adage : le processus visant à être en santé commence longtemps avant votre visite chez le médecin.

Pour en apprendre davantage au sujet de la manière dont les médecins du Nouveau-Brunswick croient que nous devrions changer le système actuel, cliquez ici.